Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2007 1 12 /11 /novembre /2007 16:09

 

 

VIOLENT est ce film. Si vous n'êtes guère fanatique du genre, il vous faudra fermer les yeux, voire les oreilles, ou regarder ailleurs, au moins à quatres reprises.

 

1)  Au tout début chez un barbier, lâche et fourbe, un certain AZIM, qui traite avec SEMYON (ARMIN MUELLER-STAHL), un vieux  restaurateur russe aisé, aux activités parallèlles mafieuses, appartenant à un clan bien spécifique (les VORY V' ZAKONE), suivant un code propre, et reconnaissable par deux tatouages d'étoiles, l'un au genou et l'autre près du coeur.

 

2) Ensuite, lorsque l'homme à qui  ce dernier fait TRANCHER LA GORGE, par un pauvre gosse de 16ans, un peu dérangé psychologiquement  ("touché par les anges", comme il le dit si poétiquement par ailleurs...), se fait ARRACHER LES DENTS ET COUPER LES DOIGTS par un NIKOLAÏ (VIGGO MORTENSEN) homme à tout faire, ramification "croque-mort", comme le décrit KIRILL (VINCENT CASSEL), son "capitaine", le fils  "perdu", de  SEMYON, pour la famille duquel il travaille officiellement comme "simple" chauffeur.

 

3) Par la suite, lorsque le pauvre demeuré de 16ans, se fait à son tour TRANCHER LA GORGE par les frères de celui qu'il  dût assassiner pour le barbier AZIM, quand il dévie de la meute des supporters d'un match auquel il se faisait pourtant un plaisir d' assister,  au moment ou il s'écarte pour aller uriner sur une tombe !!!

 

4) Et enfin, si ma mémoire est bonne, lors du combat que NIKOLAÏ est contraint de livrer nu (!!!), et sans défenses, contre les deux frères, qui pensent en le saignant également, tuer KIRILL, qui était l' "ami" de leur frère assassiné. "Ami" qui aurait commandité le meurtre de ce dernier auprès d'AZIM. 

 

(Lequel, pour ne pas se faire "éclater la tronche", leur balance le faux KIRILL auquel SEMYON songe, n'ayant alors aucun scrupules à livrer en pâtures aux lions assoiffés de vengeance, son homme de mains,  censé lui avoir sauvé la mise, en faisant disparaitre pour lui, l'oncle  STEPAN), qui avait traduit le journal intime de la pauvre TATIANA,

 

jeune prostituée de 14ans, employée dans les bordels du vieux monarque, et violée- dépucelée par the king himself, devenant alors la mère de la petite CHRISTINE, accouchée peu avant  Nöel par ANNA.

VIOLENT donc est ce film.

 

 

Les lames, les coupures, les sections y sont légions !

 

VIOLENT aussi est ce sujet de la PROSTITUTION de ces toutes jeunes filles, émigrées de leur pays d'origine, comme TATIANA, à qui de fausses promesses de vies meilleures sont faites. A elle, celle de pouvoir chanter dans le restaurant de SEMYON !!!

 

Que d'illusions perdues pour elle, ce dut être, lorsqu'il lui fallut se faire violer par un vieux pourri, pour apprendre le métier, ou simplement être utilisée aux bons plaisirs de ceux qui pensent pouvoir posseder jusqu'à la vie de ceux qui leur apparaissent comme inférieurs, car simplement moins fortunés et dotés par la vie, qui par nécessité, dans leurs griffes de vautours, les as menés.

 

 QUELLE TRISTESSE de l'entendre lire ce qu'elle put écrire dans ce fameux journal intime, qui déroule l'intrigue tout au long du film, à savoir qu'elle voudrait en finir avec la vie, se jettant par une fenêtre, mais que même cette délivrance lui fut interdite, car ses bourreaux, même à cela avaient songé, et les fenêtres scellé !!!

 

 J''ai d'ailleurs du mal à comprendre à quel moment TATIANA s'est échappée de sa prison violacée. SEMYON l'a t-il su enceinte ? Les circonstances de son extraction de leurs griffes, me semble difficile à imaginer... 

 

QUELLE REVOLTE en tous les cas de l'entendre préciser, que c'est aussi pour épargner la petite nouvelle vie, qui en elle grandit, qu'elle souhaite abréger la sienne.

 

"Les esclaves engendrent des esclaves" dit NIKOLAÏ lorsque NAOMI vient lui jeter à la figure tout le dégout qu'elle éprouve d'avoir appris tout cela à la lecture de ce journal, souhaitant faire savoir à SEMYON, que l'enfant engendré par TATIANA avant sa mort, est sa propre fille.

 

Mais, "La colère est dangereuse, elle fait faire des choses stupides" comme NIKOLAI le lui dit, lorsqu'elle se doit de livrer le journal, en échange, croit-elle, de l'adresse des parents de TATIANA, et qu'elle ne peut s'empêcher de sortir de ses gonds, découvrant qu'il n'y aura guère cette contre-partie,

pourtant sous-entendue par un SEMYON, venu sans prévenir, "sur la pointe des pieds", dans son service, lui faire comprendre qu'il lui fallait  ce document, pièce à conviction, des méfaits de son fils, soit-disant bien aimé,

 

Et tout fielleusement, la menaçant, faisant poindre l'inquiétude sur le visage d'ANNA, "vous savez où je suis, je sais où vous êtes ANNA IVANOVNA", après avoir tendu son hiddeux visage au regard bleu vide et glacial, au dessus de la couche de la petite CHRISTINE, se comportant comme un bon petit grand-père adorant les enfants, alors qu'ici il est le père par l'immondicité d'un viol quasi incestueux !

Armin Mueller-Stahl et Naomi Watts. Metropolitan FilmExport

Elle n'a pas froid aux yeux cette petite sage-femme, elle n'est guère indifférente comme la plupart des êtres aujourd'hui, elle s'insurge, elle se lève contre.

 

Contre son oncle d'abord qui ose lui balancer à la figure, qu'il savait que son mec la quitterait, car c'est ce que font les noirs, et que le mélange des races n'est pas naturel, raison probable pour laquelle elle a perdu le bébé qu'elle attendait de lui.

 

Contre sa mère, qui pensant être dans un autre registre, précisa qu'il  était docteur, sous-entendant que les catégories sociales plus élevées ne commettent pas de telles horreurs, qui seraient l'apanage des seuls moins favorisés.

 

Contre NIKOLAÏ, qui étant selon ses dires le "simple" chauffeur de la famille de SEMYON, pourrait tout à fait être aussi autre chose, puisque d'une famille mafieuse il s'agit là, comme le révela le journal de TATIANA, traduit d'abord par son oncle STEPAN (dont j'adore la bonne vieille tronche frippée !)

 

ELLE est téméraire, car devant KIRILL également, elle se laisse crier qu'elle est au courant du contenu du journal et du viol de son père SEMYON sur TATIANA, et qu'il est de fait le père de la petite CHRISTINE.

 

La chance fut avec elle, car si NIKOLAÏ avait été un réel tueur, elle aurait perdu sa vie, à vouloir en sauver une autre. Ses proches y seraient passés également.

 

D'ailleurs cette naissance quasiment au jour de Nöel, d'où son choix pour la petite survivante du prénom CHRISTINE, est peut-être un bienfait, car elle permettra à ANNA de materner comme elle eut dû le faire, si son enfant n'était pas décédé, elle permettra aussi et surtout peut-être, de prouver que SEMYON est un violeur, de mineur de surccroît, et de le faire tomber.

 

KIRILL reprenant les rênes des affaires, secondé par un NIKOLAÏ, qui "a passé la porte" comme il le dit, renonçant à mettre fin à sa mission d'infiltration au sein de cette funeste famille, peut-être qu'un peu plus d'HUMANITE planera sur les activités sordides de ce clan.

 

 

VIGGO MORTENSEN est MAGISTRAL dans ce film. Il a l'accent russe ou anglais rauque, profond et lent, qui associé à ses traits émaciés, à sa gestuelle maitrisée, et à l'aura qu'il sait dégager, lui confère l'attitude que l'on devine fort juste de ces hommes intenses qui ont vu des choses extrêmes, morts dans l'âme très jeunes, comme il dit être mort à 15 ans, pour avoir pour la plupart commencé à frayer avec des horreurs d'un autre âge.

 

On ne devient pas criminel sans raisons, et on ne l'est pas sans être marqué, ne serait-ce que dans le regard.

Viggo Mortensen. Metropolitan FilmExport

Cependant celui de NIKOLAÏ, est parfois étrangement "doux". Il présente aussi une forme de lassitude, un côté "vieux cowboy solitaire", marqué par trop de combats. Il est touchant lorsque sa mésaventure du Hammam, l'ayant une fois de plus saigné et entaillé, il rejoind avec ANNA, KIRILL à l'endroit où ils avaient jetté à l'eau le tout premier cadavre du film.

 

 Cette manière à la fois prudente, mais tout en rondeurs et chaleureuse d'inciter KIRILL (quel beau prénom d'ailleurs) à ne pas faire de mal à la petite CHRISTINE, enlevée à la maternité, pour empêcher la police de comparer son A.D.N. à celui de SEMYON, leur père, est un DELICE.

 

MORTENSEN est à mon sens "féminin & et hyper masculin à la fois dans ce film. Je le trouve plutôt maternel et protecteur à l'égard de KIRILL, qui le traite néanmoins comme un chien !!!
Il est assez troublant pour un tueur de se soucier de la souffrance d'autrui, ou du maintien de sa quiétude ("Stay away from people like me" dit il à ANNA-NAOMI, qui pressent qu'il ne peut avoir fait de mal à son oncle).

 



 


Dommage que dans cet univers dur, son attirance et probables sentiments pour ANNA-NAOMI n'aient guère été au- delà d'un regard charmé, d'une aide de mécano, d'une reconduite par temps de pluie, d'un effleurement de mains, d'une bonne mise en garde, d'une protection contre la violence d'un KIRILL, et finalement d'un SI CHASTE BAISER !!! La petite CHRISTINE aura été bien baptisée, par ce couple impossible, qui se sera évertué à la préserver.

Viggo Mortensen et Naomi Watts. Metropolitan FilmExport

 

Viggo Mortensen et Naomi Watts. Metropolitan FilmExport

Les Amours avortées sont peut-être ironiquement le lot d'ANNA-NAOMI dans ce film. Les Amours interdits ou renoncés n'en demeurent pas moins à mes yeux les plus poignants.

 NIKOLAÏ-MORTENSEN et ANNA-WATTS insufflent du sentiment dans cet univers sombre que le film dépeint.


Elle, représente le YIN dans un monde de brutes. Elle facilite l'accès à la vie par son métier de sage-femme, et cherche également à la préserver malgré l'irruption soudaine dans sa vie, du spectre de l'angoisse, représenté par la volonté de dissimuler des méfaits, relatés dans le journal intime, qu'elle a entrepris de traduire, afin de donner racines à CHRISTINE, dont la mère à la naissance, sous ses yeux est décédée.

Peu de femmes s'expriment réellement dans ce film. D'ailleurs ont-elles d'autres choix que d'être mères, épouses ou putains, dans l'univers qui y est dépeint ?
C'est peut-être aussi un film d'hommes. Je n'ai pas vraiment fait gaffe, mais je ne suis pas franchement sûre qu'il y ait eu beaucoup de femmes dans la salle. Minoritaires tout de même j'espère et pense, sont celles qui révèrent la violence et même en rient...

Ecoeurant sont à mes yeux tous ces hommes lâches, abjects et bas, qui tels AZIM se servent jusqu'à de faibles innocents pour accomplir ce qu'ils ne voudraient avoir à porter sur leurs mains, osant réprimander ceux qui comme KIRILL, plaisantent au sujet de la mort, prétextant le respect (!!!).

Vincent Cassel et Viggo Mortensen. Metropolitan FilmExport

 Ou SEMYON, qui comme le pratiquent les membres de mafias diverses, exploite le malheur de pauvres femmes, qui espérant fuir une misère, en embrassent une autre, qui l'est peut-être bien davantage, ou ces parents qui parfois sans le savoir, tuent leurs enfants dans l'âme (et/ou le corps), en les menant, par pauvreté certes, à des agissements qui leur sont parfois un funeste pied à l'étrier d'activités de plus en plus sombres avec l'âge, qui les mèneront souvent à l'indicible, qu'ils porteront corps et âme.

 

VINCENT CASSEl dont je ne suis pas spécialement fan, joue très bien (en bon fils de...?) celui perdu, qui subit un père tout- puissant, avec insolence, vulgarité et déchéance.

Vincent Cassel et Viggo Mortensen. Metropolitan FilmExport

Vincent Cassel. Metropolitan FilmExport

Pourquoi boit-il tant ? Il est touchant dans la scène de la cave où sont père l'expédie afin de mentir tranquillement à NIKOLAI, qu'il prépare pour l'abattoir, en le marquant des fameuses étoiles qui distinguent les hommes de son clan, dans le seul but de le faire passer pour son fils aux yeux des bourreaux qui le cherchent.





Est-il gay, comme l'écrivent beaucoup ? Je ne suis pour ma part, pas très convaincue de cela. ON peut être très proche d'un autre homme, sans pour autant nourrir du désir à son égard. NIKOLAÏ a un rôle de quasi substitut maternel envers lui, il est très souvent présent, le relève quand il tombe...

 

KIRILL le traite néanmoins souvent comme un sous-fifre . Le fait qu'il lui ordonne de     "baiser" une des putes du bordel favori de son père (quelle horreur d'imaginer ce vieux en situation...!), montrerait quoi ? Qu'il se met à la place de la jeune femme, et s'ébat avec NIKOLAÏ par procuration ? (Quoique c'est davantage NIKOLAI qui s'ébat !!!, et au passage le plan de la jeune prostituée KIRILENKO, après le "rodéo", lorsqu'elle chantonne est très BEAU, la blancheur de sa peau, sa silhouette, sa superbe  chevelure blonde éparse, près de couvertures ou draps léopard et rouges...)





Ces "papa" quand ce dernier le frappe sont touchants également, tant il ressemble alors à un petit enfant qui cherche la compréhension et l'amour auprès d'un père inflexible, dont je doute qu'il nourrisse réellement pour lui des sentiments autres que l'agaçement et le dégout !





IL est drôle dans son accent et ses répliques (il m'éclate lorsque rentrant défoncé, soutenu par NIKOLAÏ, tombé aux pieds de ce dernier, son père le frappe, et lui, rétorque un truc du style "is that christmas gift or what ? "C'est le cadeau de Noel ou quoi ?).

 

 Je ne l'avais guère vu depuis les court et long-métrages de KASSOVITZ, "METISSE" et "LA HAINE" où son  speed m'avait déja frappée. C'est encore le cas ici, et cela convient bien à son rôle de déjanté.





L'intrigue est intéressante et tout à l'hônneur de wonderfull sage-femme NAOMI, qui sort de son rôle strictement professionnel, en conservant le journal intime, appartenant à la très jeune (14ans) défunte mère de cette petite fille, dont le sort ne lui demeurera guère indifférent. Concernée, sensible et réactive, la toujours très charmante demoiselle, dont le look de

"motarde" enfourchant "for real" un sympathique vieux modèle de deux roues, est "DELICIEUX"...





 Ce film m'est cher, par la présence et l'action de NAOMI-ANNA, qui n'est pas une âme indifférente, blasée mais sensible et courageuse au risque de déranger sa vie par les problèmes d'une autre.

 
Une autre femme, qui n'a pas eu sa chance de naître "au calme", et qui se laissera berner par ces promesses qui débouchèrent sur l'ombre de la vie misérable de prostituée mineure, dans un pays supposé apporter au contraire une vie meilleure.


Touchant est ce personnage de NIKOLAÏ-MORTENSEN qui malgré l'horreur qu'il embrasse, fait paravent contre la violence et prend les coups pour d'autres. Sa souffrance il la porte par ces cicatrices qu'il présente après son "nude-fight" et même avant. Une autre souffrance étant évoquée, davantage psychique, lorsque celui qu'il joue, au propre comme au figuré, déclare avant son tatouage d'étoiles, qu'il est mort à 15ans...

Et enfin les décors et costumes liés au restaurant "le trans-sibérien" où flotte un "esprit russe", une certaine nostalgie de la grande famille. Sans oublier la langue russe, qui résonne avec une certaine douceur et intimité à mes oreilles...

Armin Mueller-Stahl (au centre). Metropolitan FilmExport



Oui malgré sa violence dérangeante "les promesses de l'ombre" a quelquechose de "magnifique"...

 

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18749105&cfilm=110222.html

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18767900&cfilm=110222.html

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18767901&cfilm=110222.html

 

Quelquesoit votre degré d'approbation, n'hésitez guère à venir en débattre sur le forum concerné §§§

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Clothilde-Mathilde - dans films
commenter cet article

commentaires

clothilde-mathilde 03/03/2008 11:09

YES !!Oui je suis bien d'accord, bien qu'il y en ait manifestement beaucoup d'autres

(je conseille le blog du pseudo CRISTAL: vraiment très fourni, intelligent, littéraire et intéressant ),

"Les promesses de l'ombre" furent un très bon divertissement, revu plusieurs fois, dans l'attente de la sortie dvd !

palero 02/03/2008 19:48

da manUn des meilleurs films de 2007

cristal! 15/11/2007 09:09

Eh bien, quel article dense!

Présentation

  • : Le blog de Clothilde-Mathilde
  • Le blog de Clothilde-Mathilde
  • : Echangeons, patageons nos impressions, nos informations sur ce qui nous a touché et fait vibrer Artistiquement, ou autrement. Cinéma, musique, évènements divers sur la Planète Terre
  • Contact

Recherche

Liens